Séance (CA) du 26 novembre 2020

3. Relevé de conclusions de la séance du 4 novembre 2019 du Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC)

Par pev_proviseur admin, publié le lundi 23 novembre 2020 07:39 - Mis à jour le lundi 23 novembre 2020 17:28

Aux membres du conseil d'administration du lycée polyvalent, de droit, désignés ou titulaires élus en octobre 2020,

Dans les lycées, le comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté réunit, sous la présidence du chef d'établissement, des représentants désignés par le chef d'établissement sur proposition des membres du conseil d'administration appartenant à leurs catégories respectives, ainsi que les représentants de la commune et de la collectivité territoriale de rattachement au sein de ce conseil.

La présidence de cette instance est déléguée à monsieur le proviseur adjoint. La première séance annuelle du mercredi 4 novembre 2020 avait pour objectif d'indiquer à M. le proviseur les orientations prioritaires à favoriser pour l’action de l’établissement les domaines de la santé et de la citoyenneté.

Relevé des échanges :

  • En ouverture de séance est évoquée la problématique des addictions (de toutes sortes). Notamment, proposition d’accompagnement et de sensibilisation apportée par le CSAPA (centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie) de Champagnole.
  • Relations et différences (parcours, sexe,…). Ceci fait suite à une réunion récente du CVL, elle-même consécutive à des tensions exprimées sur ce point : certains élèves expriment être en réelle difficulté sur ce point. Le CVL va être porteur d’actions à l’initiative des élèves.
  • Cette expression renvoie aussi à la problématique de l’usage des réseaux sociaux en ligne, et de la communication de groupe en général. On note beaucoup d’ignorance sur les mécanismes en jeu. Une difficulté de prendre de la distance par rapport à l’actualité du moment, une tendance à rester dans l’immédiateté. Est exprimée la nécessité d’un temps de parole.
  • Les élèves présents attirent l’attention sur la priorité à donner à la gestion d’une situation de stress, notamment en première générale et technologique : évaluation, réforme des parcours, situation sanitaire (avec la crainte d’une nouvelle fermeture)... Tout cela induit une perturbation forte et cumulée qu’il faut surmonter.

Conclusion :

  • L’axe de la gestion du stress doit être la préoccupation majeure de l’établissement.
  • À cela se rattache la question d’une communication apaisée et bien gérée sous toutes ses formes, avec un accent à mettre sur le respect de l’égalité au-delà des différences, et la maîtrise des modes de diffusion. Les conséquences en termes de comportements à risques restent d’actualité.